Expérience collaborateur

 / Mauvais offboarding ou comment échouer juste avant la ligne d’arrivée. (Arrêtez de vous saboter !).

 

“Recruter, ça peut être compliqué, on va travailler notre marque employeur.” Ok, good job !

“Recruter, ça coûte cher donc on va fidéliser les équipes, on va travailler sur notre expérience collaborateur”. Un parcours d’intégration de folie, vie en interne animée, formations, gestion de carrières, égalité professionnelle etc. le tout sans baby-foot, bravo !

Tout saboter en gérant mal les départs des collaborateurs…Game over. Quel dommage !

 

Mais oui quel dommage ! L’expérience du collaborateur peut s’assimiler à un cycle de vie, de la naissance/intégration au départ/mort. Oui, le mot mort est un peu effrayant mais il s’agit bien de faire le deuil de son statut de collaborateur de la société X. Pour que votre marque employeur soit pérenne et forte, il est nécessaire que l’expérience collaborateur soit incarnée et cohérente avec ce territoire de marque que vous avez construit.

 

Combien de salariés ont cultivé un sentiment d’appartenance fort pendant leur contrat, pour au final garder un goût amer car la sortie a été mal vécue ? Vous pensez que ce collaborateur va véhiculer quelle image de l’entreprise ? Nous avons tous tendance à rester sur notre dernière impression… Et c’est dommage car ça ne rend pas toujours justice à l’entreprise concernée.

 

Vous avez fait trop d’efforts pour instaurer une belle marque employeur et ne pas aller au bout de la démarche.

 

Il y a également le cas des départs à la retraite qui sont tout aussi délicats tant pour l’entreprise que pour le collaborateur. Accompagner votre collaborateur dans cette étape clé de sa vie professionnelle lui permettra d’anticiper et de mieux gérer cette transition. Changer d’entreprise/poste est une chose, changer de vie et de rythme en est une autre. L’offboarding doit donc être plus spécifique dans ce cas précisément, tant dans la temporalité du parcours que dans les actions.

 

Les pistes pour un offboarding réussi :

1/ L’état d’esprit

  • Le collaborateur a le droit de partiret n’est pas coupable de haute trahison 🙂 Le trait est un peu forcé mais parfois c’est une réalité.
  • Oui, ce n’était pas prévu/ça n’arrange personne/ça déséquilibre… Bref ça crée un changement… Mais à vous de le transformer en opportunité! Un oeil nouveau va arriver, un collaborateur souhaite évoluer de manière transversale, vous allez avoir de nouvelles compétences au service du projet, c’est une bonne nouvelle!
  • Les nouvelles générationssont dites volatiles, le rapport au travail change et il n’y a plus de volonté de s’inscrire pour une même entreprise toute sa vie. Nous pouvons mettre en place une expérience collaborateur pour les fidéliser, mais autant intégrer qu’ils sont voués à partirpour ne pas subir chaque départ.

 

2/ Les actions

  • Tout comme le parcours d’intégration, il existe un parcours de sortie du collaborateur. Plus il est réfléchi, le même pour chaque collaborateur, plus il sera intégré dans la culture, en cohérence avec les autres rites et mieux ce départ sera vécu pour le collaborateur, les équipes avec lesquelles il collabore et donc l’entreprise (et ses performances :).
  • Une communication claire et transparente. Rien de pire que les tabous du départ qui génèrent angoisses et fantasmes.
  • Célébrez ! Transformer les changements en célébration reflète une culture d’entreprise ouverte, puissante et décomplexée.

 

3/ Les bénéfices

  • Une meilleure transmission du savoir-faire. Quand on se sent exclu, chacun peut adopter une posture défensive. Créer un sentiment d’injustice ne le met pas dans une bonne prédisposition pour transmettre le relai à la personne qui reprend ses missions. Ce collaborateur a su capitaliser un savoir-faire qu’il est utile de transmettre.
  • Un meilleur climat social : les départs créent ainsi moins d’angoisse, de tabou.
  • Une marque employeur sauvegardée et consolidée: votre collaborateur est un ambassadeur à vie de votre marque employeur.
  • Et comme toute partie d’une bonne expérience collaborateur, de meilleures performances !

 

N’oubliez pas, votre ex-collaborateur peut devenir votre futur client, futur fournisseur ou même….futur collaborateur !Les millenials sont volatiles, certes, mais n’ont aucun problème à revenir dans leur ancienne entreprise quand ils auront “grandi” ailleurs, c’est ce qu’on appelle l’effet boomerang.

 

On a beaucoup parlé de l’onboarding ces dernières années, et c’est une vraie étape clé pour réussir à transformer ses recrutements. Intéressez-vous à votre offboarding, vous avez tout à y gagner !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires